Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Free Photo hosting by PhotoLava.com

 

 

 

 

Ne vous précipitez ni sur votre télé ni sur votre poste de radio car ça date tout ça ! Ma dernière "intervention" remonte à 2 ans, c'était pour le journal de la RTBF (je vous avais montré la photo) et je vous en reparlerai car pour ne pas m'y perdre, je vais vous raconter ça de manière chronologique (enfin ne vous attendez pas non plus à rencontrer une "star" lol, ma participation à l'univers radiotélégénique est quand même très limitée et souvent plus passive qu'active. Et mon but est de vous raconter aussi un peu "les coulisses" de ce petit monde telles que je les ai découvertes et vécues...).

Vous avez vu, j'ai mis "saison 1" dans le titre ? C'est parce que ça risque d'être long, enfin un peu long pour le blog, donc je vous raconterai mes aventures en plusieurs épisodes (et puis j'aime bien vous laisser un peu sur votre faim, ça m'amuse de lire vos réactions après...).

Ma toute première intervention fut pour la radio à l'âge de 5-6 ans.

Je vous brosse le décor : mon papa vivait en Côte d'Ivoire et, avec quelques amis et  le soutien de Pierre Messmer, gouverneur de l'époque (c'est comme ça que l'on appelait le représentant de la France qui administrait les pays dits "coloniaux") fonde "Radio Abidjan", qui deviendra plus tard Radio Côte d'Ivoire puis la RTI (Radio Télévision Ivoirienne) toujours en activité. Pierre Messmer leur avait fourni deux ou trois pièces situés dans l'entresol du Palais du Gouverneur. Je ne sais pas d'où venaient des choses aussi basiques que l'antenne, je suppose que c'était Messmer qui avait dû s'en occuper, ni même si mon père et ses amis étaient rétribués...Il y avait une pièce pour la technique, un studio déjà à moitié occupé par un piano à queue et... c'est à peu près tout.

Mon père rédigeait le "journal parlé" d'après les dépêches qu'il recevait de France, créait et animait des émissions de jeu (je me souviens même du titre de l'une d'elles qu'il animera quelques années plus tard : "Défense d'y voir", jeu de mots avec les défenses d'éléphant, animal symbole de la Côte d'Ivoire), des émissions historiques, policières, de variétés, il interviewait les chanteurs et les comédiens qui venaient de France en visite à Abidjan : Sacha Distel, Juliette Gréco, Barbara -qui me flanquait une frousse monumentale-, Joséphine Baker -petit coucou à Luis, drôle comme nos destins se sont croisés tu ne trouves pas ?-... et d'autres... Et, surtout, et c'est en ça que je suis concernée, il rédigeait aussi des slogans publicitaires. Donc, un jour, pour une confiture dont la marque a dû disparaître depuis des années, il eut l'idée d'employer fifille -moi- pour dire une publicité à la radio, du style "Aaaaahhhh la bonne confiture que ma maman me sert au goûter !!!". Je crois que je savais à peine lire à l'époque donc on m'avait fait apprendre la phrase par coeur, que je débitais avec... un accent bordelais à couper au couteau (si vous me suivez depuis quelques temps, vous vous rappelez que j'ai passé ma prime enfance à Bordeaux). Ah il paraît que j'ai eu un succès fou ! Tout le monde m'imitait et des années après, j'étais encore la risée de mes proches qui scandaient pendant les repas de famille : "Aaaahhhh la bonne confiture...". Ceci dit, comme je ne me souvenais plus de l'évènement, je dois dire que ca ne m'a laissé ni sequelle, ni traumatisme ! Au cours des années, mon père nous a encore utilisé mon frère et moi pour des émissions avec des enfants (genre "et qu'est ce que vous allez commander au Père Noël cette année ?" ) mais ça m'a si peu marquée que je n'en n'aurais gardé aucun souvenir si je n'étais tombée il y a quelques années sur une photo de mon frêre à l'age de 7-8 ans, pensif devant le micro, réfléchissant sans doute à cette fameuse liste au père Noël devant le regard désemparé de la "speakrine" (c'est comme ça qu'ils appelaient les chroniqueuses de l'époque) qui avait l'air de se demander s'il allait la cracher sa valda (la plupart des émissions étant en direct, je comprends le désarroi de la pauvre femme qui devait se demander si le "blanc" à l'antenne allait durer encore longtemps...).

Après... il va se passer des années avant que je ne reprenne mes activités "radiophoniques" et encore... elles vont se limiter à assister aux émissions quotidiennes de Pierre Péchin sur Europe 1 (vous vous souvenez ? "La cigale et la fourmi" ? C'était un humoriste des années 75/80). Je l'avais rencontré dans les coulisses d'un grand music-hall parisien  (il existait un grand jeu à l'époque : tromper la surveillance du cerbère de l'entrée en faisant semblant d'accompagner d'autres personnes et gagner les coulisses et si on avait un peu de chance atterrir dans la salle mais rester dans les coulisses, ça n'était pas mal non plus, il y avait toujours du monde, c'était sympa). On avait sympathisé, il m'avait dit  que si je voulais assister à son émission, je serais la bienvenue et... ne me reconnaîtra pas quand je viendrai le voir. Ca s'arrangera après car je retournerais très souvent à Europe, son émission se déroulait dans un tout petit studio qui pouvait contenir à peine une dizaine de personnes et nous étions quelques habitués à nous réunir là chaque soir et à "faire l'ambiance" et beaucoup rire (j'en parle parce qu'un jour ma mère, écoutant l'émission, a reconnu mon rire, ca sera ma seule contribution à l'émission). On pouvait y rencontrer des "jeunes" animateurs comme Christian Morin, Thierry Beccaro et d'autres qui passaient en coup de vent dire bonjour et qui deviendront beaucoup plus connus par la suite.

J'aurais, des décennies plus tard, en 2004, une participation nettement plus "active" à une émission de radio, mais ceci est une autre histoire...

Eh bien, on va peut être s'arrêter là pour ce soir, qu'est ce que vous en pensez ? De toutes façons... le meilleur est à venir (ah ah ah, vous vous sentez frustrés ? C'est fait pour !)

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Martine Rose

Partager cet article

Repost 0