Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




Comment allez-vous ce matin ? Bien remises du salon pour celles qui étaient à l'AEF ces derniers jours ?


Depuis ma fenêtre : je constate que ça n'est pas encore le printemps ! Il ne pleut pas, c'est déjà ça mais le soleil n'est pas encore pour aujourd'hui !


Je pense
:  à mes achats au salon la semaine dernière, à ce que je vais en faire, à mes regrets aussi car j'ai loupé certaines choses (je pense en particulier aux jardinières en zinc aperçues sur le stand de DFEA, je pensais les trouver sur leur site mais ça n'est pas le cas pour l'instant...)

Je suis pleine de gratitude
: pour vous qui avez voté pour moi pour le concours de la Saint Valentin ! Encore une fois, MERCI !!!

Dans ma cuisine
: un peu de bazar (en plus j'ai laissé la porte ouverte et je le vois de ma chaise, ça me grrrr beaucoup ! Ne croyez pas que je sois une maniaque de l'ordre et de la propreté, mais je n'aime pas ce qui choque ma vue ! Allez, je vais aller fermer ma porte !)

Je suis en train de créer
un calendrier, j'ai terminé la broderie, me reste le montage et en plus j'ai une petite crainte car il me semble que le calendrier ne s'insère pas exactement dans l'emplacement prévu à cet effet ! Plusieurs cartes aussi , qui doivent partir cette semaine. Après j'entamerai une boîte des complices S. Castallano et S. Delaborde.
                         

Je vais faire : terminer en vitesse une boîte et une carte que je compte mettre à la poste cet après-midi, donc pas de temps à perdre !

Je porte
: un pantalon de jogging bleu... informe. Et un grand pull violet, qui n'en n'a pas davantage ! La tenue cool-cocooning idéale ! De quoi commencer la semaine en douceur.

Je lis
:

Les Printemps de ce monde

"Eté 1939. Au Pradel, François et Aloïse Barthélemy, aidés de leur fils aîné, continuent de travailler la terre familiale. Depuis longtemps, les cadets se sont dispersés : Mathieu fait prospérer un domaine en Algérie avec femme et enfants. En Suisse, Lucie tremble pour son époux allemand et pour leur fils. Charles et sa fiancée Mathilde, tous deux instituteurs, ont été nommés à quelques centaines de kilomètres. Quant à Louise, la benjamine, elle rêve de devenir missionnaire en Afrique. Il est bien loin le temps heureux de leur enfance où ils accueillaient des « cherche-pains » pour leur faire partager le peu qu’ils avaient… Mais une même force continue de les porter chaque Noël vers cette terre du Pradel où on se ressource, dont on rêve lorsque la réalité est trop douloureuse et où l’on vient mourir.
La guerre arrive, qui va infléchir le cours de leur vie comme elle a infléchi celle de tous ces Français qui ont traversé le xxe siècle en aimant, en souffrant, et en suivant l’évolution de la société qui a glissé inexorablement des campagnes vers les villes, jetant bas le « vieux monde », celui qui, aujourd’hui, achève de s’enfoncer dans les marécages du temps
."

C'est la suite de "Les Noëls blancs" que j'avais adoré ! Et la suite est aussi bien que le premier tome ! Dommage, la saga s'arrête là, j'aurais bien aimé un troisième livre !

 


J'espère
: que le printemps va finir par montrer le bout de son nez. Marre de cet hiver qui n'en finit pas !

J'entends
: le ronron de mon ordinateur...

Autour de la maison
: c'est assez calme, comme tous les lundis à cette heure ci... Quelques pétarades de scooters de temps en temps (de toutes façons j'habite une rue très calme qui ne s'anime qu'à l'heure du déjeuner, quand les employés des entreprises avoisinantes sortent pour déjeuner....)

Quelques projets pour le reste de la semaine
: une rencontre avec deux "Annie" cette semaine. La première c'est la charmante Bagoulette qui fait de si belles choses. Elle doit m'enseigner les rudiments de la broderie au ruban. La seconde, c'est une amie de jeunesse, perdue de vue depuis longtemps et retrouvée récemment. Mes autres projets, je vous en ai parlé plus haut dans une autre rubrique.

Une chose que j'aime bien faire
: chercher (et surtout trouver !) de jolies cartes anciennes (ou , le plus souvent, des reproductions) et réfléchir à la façon dont je vais les employer ensuite.


Une photo, une image à partager avec vous :





Ah mon amie Hilda ! Je l'adore celle-ci. D'abord, nous avons le même genre de beauté : tout dans la largeur et l'épaisseur lol (et moi plus qu'elle mais je me retrouve un peu en elle, toute en rondeurs et en naïveté !). J'aime beaucoup l'humour qui préside à ces petites images. C'est drôle d'ailleurs parce qu'à l'origine son créateur, Duane Bryers, peignait... des cow-boys ! Mais il a fait aussi beaucoup d'illustrations pleines d'humour pour les journaux et les magazines américains, comme ça se faisait beaucoup jusque dans les années 50.



Voilà, c'est terminé pour aujourd'hui, passez une bonne semaine !




Tag(s) : #Day Book

Partager cet article

Repost 0